juillet 2009


Une sorte d’accord objectif s’établit ainsi dans ce cas entre les acteurs du patrimoine et ceux de la lecture publique pour remettre en vigueur des conceptions qu’on aurait pu croire opportunément dépassées. D’un côté, la bibliothèque d’étude, héritière de la bibliothèque municipale d’autrefois, temple de l’imprimé, lieu du savoir. De l’autre, la bibliothèque de lecture publique, fille des bibliothèques populaires ; on s’y divertit. Séparées et contentes de l’être. Comme autrefois. Seulement réunies pour la forme sous l’appellation de « bibliothèque municipale ».


Gautier-Gentès, Jean-Luc, « Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le directeur du livre et de la lecture », BBF, 2009, n° 3, p. 27-27
[en ligne] Consulté le 22 juillet 2009

Intellectuellement, cela restera du niveau troisième (encore que les troisièmes d’aujourd’hui…).
Cinq vitrines à remplir à la rentrée sur un auteur du Lagarde & Michard, qui viennent de nous occuper un certain temps :

  • lectures depuis la sollicitation extérieure
  • plan général de l’exposition-dossier
  • vérifications au catalogue, au fichier, sur pièces au fonds iconographique
  • simulation d’agencement des trouvailles dans les vitrines, pour s’apercevoir que la moitié des ouvrages sélectionnés ne tiendront pas ouverts/debout/à la bonne page/sous la lumière
  • remue-méninges accéléré pour se sortir de la situation (par chance, le plan général n’a pas bougé ; en revanche, les allers-retours au fichier papier et dans les magasins se sont multipliés)
  • répartition des cartels par participant
  • rédaction des cartels
  • expédition pour trouver le matériel adéquat
  • montage

Durée prévue de l’exposition : 4 semaines
Temps de préparation cumulé : 12 jours

La personne de qui émanait la sollicitation ne nous a toujours pas recontactés.