Une sorte d’accord objectif s’établit ainsi dans ce cas entre les acteurs du patrimoine et ceux de la lecture publique pour remettre en vigueur des conceptions qu’on aurait pu croire opportunément dépassées. D’un côté, la bibliothèque d’étude, héritière de la bibliothèque municipale d’autrefois, temple de l’imprimé, lieu du savoir. De l’autre, la bibliothèque de lecture publique, fille des bibliothèques populaires ; on s’y divertit. Séparées et contentes de l’être. Comme autrefois. Seulement réunies pour la forme sous l’appellation de « bibliothèque municipale ».


Gautier-Gentès, Jean-Luc, « Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le directeur du livre et de la lecture », BBF, 2009, n° 3, p. 27-27
[en ligne] Consulté le 22 juillet 2009

Publicités