décembre 2009


Promis à NaCl2 pour alimenter ses retours d’expérience de déménagement. Le projet qui suit ne concerne pas des collections patrimoniales mais bien du libre-accès de lecture publique (livres et dvd adultes et jeunesse). Il a été réalisé dans une vie précédente.

vu d'en haut

Photo de Spigoo sur Flickr

  • Objectifs : introduire support dvd + améliorer le confort des usagers (fauteuils et canapés) + meilleure utilisation des espaces + casser image négative de l’un des niveaux
  • Contrainte : pas de travaux
  • Surface : 2 000m²
  • Nombre de documents à déplacer : 80 000
  • Durée effective : 5 jours (encartonnage-démontage-livraison-installation-remontage-décartonnage-rangement-signalétique). Le bâtiment est resté fermé 2 semaines.
  • Nombre de participants : 30 titulaires + 6 vacataires + 5 déménageurs présents durant 1/2j
  • Préparatifs : groupe de travail toutes catégories pendant 9 mois + commande de mobilier pour qu’il arrive au moment prévu. Le plus gros problème était de savoir où stocker la collection sachant que rien ne demeurait à sa place (ni livres, ni mobilier) et que beaucoup de matériel changeait de niveau, donc pas mal de calculs de surface au sol pour garder les circulations et les nouveaux emplacements d’étagère.
  • Management : implication de tout le personnel + renfort vacataires
    • auto-organisation en mini-équipes de 3/4 chargées d’un segment de collection un mois avant
    • chef gyrovague 😉 fournisseur de crayons, scotch, café, renfort cartons ou pose de bouquins et pilote des déménageurs
  • Déroulement : Beaucoup + rapide que prévu (ex. salle encartonnée en 1/2j au lieu de 2j) ; temps gagné perdu à décoller la signalétique.  Pas mal de renfort entre équipes au mépris des inimitiés personnelles. Très bonne ambiance en dépit des craintes terribles du personnel et des encadrants au départ…
  • Célébration : grand buffet dans les salles vides, moment fort dans l’équipe (cela n’avait jamais été fait !)
  • Résultat : Public content, gestion de projet réussie, création de souvenirs communs.

… et pendant que les bibliothèques universitaires ferment consciencieusement, comme tous les soirs, les samedis après-midi et les dimanches, ils débarquent tous.

Les lycéens qui, après le premier bac blanc, se disent qu’il serait temps de s’y mettre un peu.

Les étudiants locaux, qui n’ont plus d’endroit où aller pour réviser leurs partiels (top départ : 4 janvier !).

Les étudiants exilés, en vacances chez leurs parents, qui n’ont pas non plus d’autre endroit où aller pour réviser leurs partiels et retrouver leurs copains de lycée, les locaux.

Tous ceux-là sont rarement des habitués, et réclament :

  • plus de places : les 180 que contiennent nos salles ont été remplies en moins de 10 min. montre en main l’autre samedi ;
  • plus d’heures d’ouverture : les 46h hebdomadaires sont loin de suffire, dirait-on  ;
  • plus de manuels : non, nous ne faisons ni médecine, ni pharma, ni gestion… ;
  • internet / le wifi : les collectivités peureuses ne font ni cyber-café, ni four à micro-ondes ;).

Sur un ton pas toujours amène, hélas, car ils ne font pas la différence entre une bibliothèque universitaire et une bibliothèque municipale. Ils ont besoin de sièges, de tables, de ressources, et ils ne les trouvent pas, alors ils s’inquiètent, tempêtent, cherchent un responsable.

Mais les BU sont fermées et la bibliothèque d’étude, elle, reste ouverte, d’abord pour les personnes âgées qui viennent se chauffer en lisant le journal, les chercheurs qui profitent de la trêve de Noël pour abandonner leurs tâches administratives et enfin se consacrer à leur recherche, les hypothétiques amateurs éclairés qui trouveraient enfin le temps de plonger dans les arcanes de notre incomplet catalogue pour en voir jaillir les merveilles souterraines. La bibliothèque d’étude n’est pas d’abord ouverte pour les étudiants en sciences, car « ce n’est pas sa mission ».

Pourquoi ne parvenons-nous pas à mettre en place une coordination entre BU et BM de centre-ville pour accueillir au mieux les étudiants pendant les week-ends et les vacances universitaires ? Pourquoi avons-nous toujours l’impression que ces collègues nous « laissent tomber » au moment où nous avons le plus besoin d’eux ? [Quand on a sublimé sa mauvaise humeur du samedi soir, on dit : « au moment où les étudiants ont le plus besoin d’eux » :).]

Nous avons une salle d’étude, mais « non, ô grand Dieu non, nous ne sommes pas la BU, il n’y a pas de ça chez nous ».

Favoriser la réussite des étudiants ? Il me semble que nous y travaillons tous à rebours, parfois, non ?