un diaporama par Nathalie Daigne et Silvère Mercier où l’on retient que l’important n’est pas l’outil (Facebook) mais d’être « dans le flux » des internautes (50% ont un compte FB). Et aussi l’importance d’un groupe de gestion associé au groupe public.

Il porte le joli nom de Mémoire vive et regroupe tous les établissements culturels municipaux. Pour le moment encore un peu léger sur les contenus, mais prometteur en matière de fonctionnalités. Et interopérable Gallica.

Enfant rieur sous des vêtements d'hiver
Frileux, les archivistes ? Pensez donc ! – By http://www.flickr.com/photos/vatobob/ [, via Wikimedia Commons« ]

La frilosité archivale active (FAA) désigne un comportement compulsif face aux documents.
La frilosité archivale passive (FAP) renvoie à l’immobilisme devant les masses documentaires périmées qui ne demandent qu’à disparaître. On la rencontre surtout chez certains supérieurs hiérarchiques.

Verbatim, irrésistible.

Ne pas confondre la fin et les moyens, une tentation de l’archiviste et du bibliothécaire

Il est d’usage dans notre métier de dire que les archivistes ont 4 missions fondamentales : Collecter, Classer, Conserver, Communiquer. Les célèbres 4C organisent toute notre pratique quotidienne.
Sauf que c’est faux.
L‘archiviste n’a que deux missions : gérer les flux d’information et transmettre le patrimoine. Les 4C ne sont que les moyens indispensables à mettre en œuvre pour remplir ces missions. Nombreux sont ceux qui rétorqueront que c’est une évidence. Que cela va sans dire. Mais je pense que cela va quand même beaucoup mieux en le disant.

Un article de Jordi Navarro à apprendre par cœur, histoire de revenir aux fondamentaux une fois de temps en temps.

Publicités